Comment exécuter un lancer-franc au basketball ?

Le lancer-franc


[dropcap]C[/dropcap]e tir doit être enseigné et perfectionné en premier car il possède des éléments moteurs communs aux autres tirs, en particulier le tir en suspension. Le lancer-franc, qui peut également prendre le nom de tir de pieds fermes, reprend toutes les caractéristiques générales du tir énoncées précédemment (orientation des appuis, équilibre, prise de balle, visée, etc.).



L’une des premières caractéristiques de ce tir réside dans sa préparation, car il s’agit d’un tir statique, le jeu est arrêté et il n’y a pas, à proprement parlé, d’actions préalables (dribble ou réception de passe). Un rituel, une routine finit par s’installer chez la plupart des joueurs de bon niveau, leur permettant d’avoir la même préparation pour exécuter le même tir (certains joueurs dribblent trois fois avant de le lancer, d’autres font rouler la balle dans les mains, etc.). La distance qui sépare le shooteur de la cible et l’absence d’opposition annulent les effets d’éléments perturbateurs externes. Tout se passe donc entre le joueur, la balle et la cible immobile. Il faut donc une grande capacité de concentration afin de s’isoler du contexte, de la pression etd’éliminer toute tension nerveuse. Une inspiration lente et profonde doit aider à stabiliser la fréquence cardiaque et à se concentrer.

Caractéristiques techniques :


En ce qui concerne les caractéristiques motrices du tir, nous pouvons dire que l’extension des jambes et des bras est simultanée. La coordination des deux est fondamentale pour la réussite du tir ainsi que le déplacement de la balle dans l’axe vertical qui la relie au panier.  Il faut à tout pris éviter tout mouvement latéral déstabilisateur et modificateur de la trajectoire. Le corps monte droit et la main d’appui (la main gauche pour un droitier) cesse tout contact avec la balle pour dégager la trajectoire de cette dernière. C’est à cet instant précis que l’extension des jambes complète son parcours et que les talons décollent du sol. Le bras de tir complète son extension et passe le relais à la poussée poignet - main - doigts. Ce sont ces muscles fins (extenseurs des pieds et fléchisseurs du poignet) qui vont définir avec précision la direction et la force du tir. Le bras d’appui reste à côté du bras tireur. Ce dernier est resté tendu avec le poignet fléchi à angle droit. Une bonne exécution provoque un effet rotatoire. Dans la mesure où ce type de tir exige plutôt de la précision et de la stabilité, il faudra éviter dedécoller la pointe des pieds du sol. Le geste est donc plus facile à réaliser, plus efficace et plus facile à améliorer.

Publier un commentaire

0 Commentaires