Académie de Paris - EPS - L'Education Physique et Sportive à l'école

[dropcap]P[/dropcap]our les enfants et les adolescents, l’éducation physique et sportive (EPS) est bénéfique pour de nombreuses raisons. Elle a un rôle préventif de l'obésité, des conduites à risque, des addictions… Elle apprend le respect de soi-même et des autres à travers les règles qu’elle impose. Elle influe positivement sur le développement psychomoteur, respiratoire, osseux.

A l’Ecole, l’EPS doit permettre à tous les élèves dans le respect de leurs différences et quelles que soient leurs ressources, de développer des compétences motrices, méthodologiques et sociales, au plus haut niveau des potentialités de chacun. L’EPS s’appuie sur les APSA (Activités Physiques, Sportives et Artistiques) qui visent à favoriser l’enrichissement du pouvoir moteur, la gestion de la vie physique et sociale, l’accès au patrimoine culturel.


Les programmes en EPS retiennent quatre domaines de compétence pour l'ensemble des élèves :


- Produire une performance mesurée (courir vite, nager longtemps, sauter loin...)

- S'opposer et coopérer (combat, sports collectifs, raquettes, escrime...)

- Adapter son déplacement en environnement varié (escalade, VTT, ski, voile...)

- S'exprimer et produire une forme esthétique (danse, arts du cirque, acrosport...

Un domaine s’ajoute pour les lycéens : gestion de sa vie physique et entretien de soi (marche en durée ou nordique, step, musculation, stretching...)

Or pour les élèves malades, bien souvent, l’activité physique diminue du fait de la maladie (douleurs, fatigue…) et de l’absentéisme qu’elle entraîne (consultations, hospitalisations, interventions chirurgicales, rééducations…) S’y ajoute souvent une dispense prolongée d’EPS. Pourtant les APSA, à condition qu’elles soient adaptées, produisent des bienfaits importants sur la santé des jeunes malades sur le plan organique : développement psychomoteur, respiratoire, lutte contre certains effets de la pathologie. En outre, les jeunes ont une meilleure image d’eux-mêmes, une plus grande confiance en eux, ce qui peut améliorer leur tolérance à la maladie. Les APSA favorisent les relations avec les autres et l’inclusion dans un groupe de pairs. Ce sont des facteurs essentiels de lutte contre l’exclusion pour les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Publier un commentaire

0 Commentaires